Ludovic BURCZYKOWSKI

EDIACARA (Création)

Eventbrite - EDIACARA - Ludovic BURCZYKOWSKI

– Jeudi 21 septembre – 20h30 – Musée d’histoire naturelle de Lille,

suivi de Amikal Sonic.

Pour bien commencer la rentrée, nous vous proposons de venir danser dans le cadre magique du Musée d’histoire naturelle de Lille ! au milieu des iguanodons, squelettes, fourmis, oiseaux empaillés et autres bizarreries qui font la richesse de notre belle planète !

Une création visuelle époustouflante de Ludovic Burczykowski, en partenariat et avec la participation active des étudiants d’E-art SUP Lille, suivi d’un DJ set de Amikal Sonic. sur les images de Pitch-visualive (Expedit)

Ludovic Burczykowski est réalisateur en arts numériques et docteur (PhD) en esthétique sciences et technologies des arts.

Auteur de projets qui explorent les variétés des mondes de l’animation, sa thèse traite de la rencontre des espaces physiques et numériques à travers une analyse adossée à des recherches en sciences humaines et en méthodologie de création.

Vivre dans un système technique ?

La technique n’est pas spécifiquement humaine. Qu’on songe aux grands singes qui usent d’outils, ou à leurs transmissions culturelles, aux architectures des insectes, ou encore aux communications entre les plantes, il y a autant d’artefacts animaux et végétaux, qui, en retour, « naturalisent » la technique humaine. Si nous sommes aujourd’hui immergés dans un système technique, il s’inscrit dans un large champs de relations qui compose avec les écosystèmes biologiques et les environnements minéraux. Il est à cet égard remarquable qu’à l’instar des êtres organiques dans l’évolution du vivant, les objets techniques évoluent dans le temps sur des trajectoires dont le cours peut s’arrêter, s’inverser, s’infléchir…

Cet état de fait dépasse dès lors l’idée d’adapter l’homme à sa technique contemporaine ou bien d’adapter la technologie à la mesure des hommes : n’est art ou technique que ce qu’on décide de nommer de la sorte. Les ready made de Duchamp nous y avait préparé. Pourtant, qu’ils soient « humains » ou « naturels », art et technique n’en restent pas moins des concepts « agents » ; ils agissent sur la pensée et l’imaginaire d’un commun, étendu aux humains et non-humains, ces derniers devenants aussi des acteurs. Et le décor, même si c’est à travers nous, s’exprime dans le théâtre de nos vies.

Alors, au delà d’un homo habilis (voire, encore en deçà, d’un hominidé outillé « pré-habilis ») devenu homo faber, ce qui caractérise les êtres humains d’aujourd’hui reste bel et bien d’être sapiens, sages. C’est à dire que sachant penser les conditions de l’existence, nous produisons, avec éthique, des gestes qui de nouveau amènent à penser et à rêver. Nous construisons ainsi préalablement dans nos esprits nos systèmes techniques, puis ceux-ci dépassent les représentations premières qui leurs ont donné corps, pour ensuite, par détournement et appropriations notamment, devenir support de nouvelles représentations partagées ; La technique contient une représentation et entre dans une représentation, qu’elle engendrerait en partie.

Il en résulte que si art et technique ne sont des concepts fondés que dans les apparences, ils restent toutefois garants de la possibilité de l’altérité, donc de la rencontre et de l’étonnement, sel de la vie.


Capturez vos moments préférés du festival BEAU et contribuez au film participatif avec l’application logo_forum-01

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s